Tracteurs : des concentrés de technologies

tracteur et technologie

En un siècle, l’agriculture a réalisé des bonds de géant dans la modernisation de sa pratique. Elle est devenue plus intensive, plus performante, plus moderne et a subi des progrès notables en termes de réduction de la pénibilité. Ces motifs de satisfaction que procure l’agriculture moderne nous les devons à des engins intégrant toujours plus dans leur mode de fonctionnement la fine fleur des progrès technologiques réalisés. Il s’agit notamment des tracteurs qui sont devenus de véritables concentrés de technologie présentant une grande complexité dans leur conception mais également une grande simplicité dans leur utilisation. C’est ce qui fait la force des tracteurs modernes qui allient complexité dans la réalisation et simplicité dans l’usage opérationnel. Selon certains professionnels, il y aurait aujourd’hui plus de technologie dans un tracteur que dans une voiture. Depuis quelques années, les concepteurs de matériel agricole ont souhaité concentré leurs efforts sur les aspects liés à l’électronique ainsi que les systèmes de facilitation de la conduite pour inciter les agriculteurs à renouveler et à moderniser leurs équipements. Une des innovations les plus importantes de ces dernières années renvoie à l’intégration du guidage par satellite qui permet d’équiper les engins d’un GPS. Cet outil précieux permet aux agriculteurs de ne pas repasser deux fois dans un même endroit de l’aire cultivable ce qui constitue un progrès notable. Les progrès réalisés permettent d’ouvrir une ère nouvelle de tracteurs autonomes qui sont de plus en plus intelligents dans l’exécution des tâches, et ce pour le plus grand bonheur des agriculteurs.

Vers des tracteurs autonomes

Les tâches effectuées par les agriculteurs sont de moins en moins pénibles avec l’arrivée sur le marché de tracteurs à technologie embarquée. Ce système permet de conduire les engins par satellite grâce à un GPS. Ce GPS est associé à un signal différentiel qui permet au conducteur du tracteur de manœuvrer l’engin avec une précision de 2 centimètres. Cette technologie permet de rationaliser le traitement du champ.

A voir aussi :

Les constructeurs agricoles prévoient d’ici quelques années d’adapter l’essentiel de leur gamme de sorte à favoriser l’autonomie des machines grâce à la mise en œuvre d’un nouveau système électronique. Ce dispositif va permettre d’adapter les différentes pièces du matériel agricole à des véhicules autonomes. Les agriculteurs à partir d’un terminal digital pourront consulter en temps réel la quantité de carburant qui leur reste grâce à des réservoirs embarqués adaptés (comme ceux fabriqués sur-mesure par Rototec). Le tracteur autonome est un tracteur intelligent qui peut s’arrêter lors de la détection d’un obstacle et attendre les instructions du conducteur. La commercialisation des tracteurs autonomes sera possible d’ici quelques années. Il se pourrait même qu’avec les progrès de l’intelligence artificielle que les tracteurs travaillent la nuit.

Allier la mécanique et l’électronique

Avec l’arrivée du GPS et du satellite c’est l’électronique qui se met au service de la mécanique. En effet, le satellite rassemble les informations sur la surface à cultiver et les traite. Une fois que ces informations sont analysées, elles sont saisies dans un ordinateur qui déclenche le GPS qui est incorporé au tracteur.

A lire également :

Ce mécanisme est soutenu par le survol d’un drone au-dessus du champ. Ce sont les capteurs du drone qui orientent le GPS pour repérer les zones du champ qu’il faut cultiver. Cette technologie permet d’améliorer considérablement l’efficacité du travail de l’agriculteur.

Economie d’intrants et amélioration du rendement horaire

Cette technologie avec GPS intégré permet de réduire de 10 à 20% la consommation de carburant et de minimiser les déperditions d’intrants agricoles et d’engrais. Ce sont des économies considérables quand on considère qu’elles concernent les principaux postes de dépenses des céréaliers. On peut noter également une amélioration de 20% du rendement horaire.